L’enfant mérite le respect !

"Chacun fait ce qu'il veut de ses gosses hein !"

S’il y a bien une expression qui m’hérisse les cheveux, c’est bien celle-ci.

 Dit-on : « Je fais ce que je veux de ma femme/mon mari/mes animaux ? »

Non ça serait proprement scandaleux, à juste titre.

On pointerait du doigt la personne qui oserait affirmer cela et on le lapiderait sur la place public, pour avoir fait une sortie pareille ! On rappellerait les grands principes de liberté, d’humanité , la main sur le cœur, entre 2 GIF sur Facebook.

Et j’exagère à peine, je sais de quoi je parle : j’excelle parfois dans le domaine ! :o)

Mais quand quelqu’un dit : « Chacun fait ce qu’il veut de ses enfants… » La ferveur populaire précédente est souvent retombée, beaucoup se rangent derrière cet avis.

 Ma ferveur, elle, est bel est bien ardente et j’affirme fermement, dès que je le peux, que NON, nous ne faisons pas ce que l’on veut de nos enfants !

Oui, Nous les avons mis au monde, dans l’amour et la tendresse, Notre chair, notre sang… nous les chérissons autant que la force nous le permet, nous sommes leurs guides, leur phare dans la nuit.

Nos enfants sont tout à nos yeux. Ils nous font fondre d’amour à chaque étreinte. Ils Nous ébranlent dans nos certitudes, nous remettent à notre place d’Humains.

Nos enfants nous font confiance, ils nous questionnent…. Ils apprennent de nous, nos valeurs, nos coutumes et habitudes…

Ce lien qui nous uni nous permet-il donc, de disposer de leur corps, de leur volonté et de leurs émotions ?

Cette individualité est-elle effacée ? Au Nom de Quoi ? De la « hiérarchie des âges ? »

Comme ils sont sous notre responsabilité légale, il est normal de décider de tout, pour eux, sans avoir voix au chapitre ? Les enfants seraient – ils des « sous-hommes » aux problèmes d’une importance inférieure aux nôtre?

Nous avons même le droit de les frapper pour les éduquer ! Oui ! En France, en 2018, On a encore le droit de les corriger pour leur apprendre le respect !

"Nous, On a eu ça, on n'en est pas morts !"

Et si par exemple, on leur faisait des trous dans le corps parce que c’est joli ? Ils sont petits, on a le droit, ils ne s’en souviendront pas…

"Bah quoi ? On n'en est pas morts !"

Un grand homme m’a rempli le cœur, de joie, d’amour et de gratitude à la lecture de son ouvrage, il y a quelques années, lors de mes études : il s’agit de Janusz Korczac.

Aujourd’hui, bon nombre de personnes, professionnels, associations trouvent échos dans son travail, mais Quand je lis parfois certains articles, d’éditions « renommées » qui peuvent être en tête de gondole, je ne peux m’empêcher de bondir !!! Ce héros de la guerre, traduit parfaitement mes pensées dans l’ouvrage Le droit de l’enfant au respect.

C’est pour moi, un livre qui me tient à cœur, très émouvant et rempli de sens.

JANUS KORCZAK PARENTALITE ET SIMPLICITE
Oh ! Une petite mimine par ici ! :o)

Pour reprendre la quatrième de couverture, il dénonce dans son œuvre, « le manque de considération dont souffrent les enfants, entretenu par l’égoïsme, l’ignorance ou l’orgueil des parents. »

Il revendique, au nom des enfants, à être ce qu’ils sont, c’est-à-dire des humains non pas en devenir, mais à part entière, qui méritent respect, écoute et confiance.

Non. Nous ne faisons pas ce que nous voulons d’autrui. Un enfant n’est pas une poupée qui doit faire ce que l’on a décidé qu’il fasse, sans prise en compte de son individualité.

Un Bébé à besoin de ce qu’il lui revient de droit à la naissance : les bras de sa mère, son lait et le respect du continuum.

Un enfant à besoin d’un guide d’apprentissage, d’être écouté, de se tromper, de tomber, de se relever, de rêver, dans le cocon sécuritaire familial, il ne doit pas craindre ses parents.

Ferions-nous cela à un autre adulte, car "il doit comprendre" ? J'en doute.

 

Pour reprendre les termes de Korczak, je concluerai par ces mots :


"Je demande le respect, si ce n'est l'humilité envers la blanche, immaculée, sainte enfance."




ABONNEZ-VOUS A L’INFOLETTRE POUR NE RIEN RATER =)

Laisser un commentaire

Fermer le menu