L’IMPORTANCE DU PROJET DE NAISSANCE | + KDO !

Je vous ai déjà parlé du projet de naissance, lors de mes précédentes vidéos et je vous ai également conseillé d’aller vous renseigner davantage sur le sujet du projet de naissance sur le site de Sophie Lavois 🙂

Aujourd’hui, je vais vous parler de mon point de vue concernant le projet de naissance . Terme un peu « officiel » / « trop sérieux », surtout survolé par les parents, balayé d’un revers de la main, par certaines équipes de soignants….

Je vais également vous conter mon expérience, concernant la naissance de ma fille ainée, par cesarienne, ce qui a conduit vers cette issue… Tout sera limpide 🙂

Depuis que je suis de très près les expériences et interrogations des mamans concernant l’accouchement, la question de la fameuse péridurale revient à chaque fois, comme si le refus de cette dernière garantissait à elle seule, le déroulement naturel et  physiologique de l’accouchement. Or c’est faux. C’est même utopique !

Pardonnez moi mon langage cru, mais sachez que chaque jour, en FRANCE en 2018,  des mamans donnent naissance à leur enfant dans des conditions abominables, des boucheries qui n’ont pas lieux d’être, à cause de protocoles enchaînés inlassablement !

Parce qu’il faut savoir aujourd’hui, que ce qui compte beaucoup c’est la productivité, les protocoles calibrés, les normes, les mesures du bassin, le temps de travail chronométré, un temps maximum autorisé entre la naissance et la délivrance, un poids maximum pour espérer faire naître son enfant naturellement (ouais la grossophobie bien grasse si j’ose dire !), une perfusion collée au bout de 11h59min après avoir percé la poche des eaux sinon on chope la malaria, le saturnisme et surement le rhume des foins…

Et de dire, le bébé dans les bras : « Les médecins m’ont sauvés la vie suite à cette maladie grave qu’est la grossesse ! Un peu plus, et j’allais accoucher toute seule chez moi ! Manquerait plus que ça ! « 

Bref, j’exagère parfois, mais j’essais de vous mettre la puce à l’oreille et de vous faire réfléchir sur « tout ça ».

Je vous avais parlé de ma première expérience de grossesse, où j’ai eu un suivi de grossesse exagéré à mon goût (alors que 95% des femmes – chiffre au pif – le vivent sans sourciller) , mais où la  notion de projet de naissance a été totalement survolée. Je suis la première concernée par ce Projet de naissance, mais je pensais que dire oralement allait suffire :

Je faisais une confiance aveugle aux professionnels.

Tout ce que je voulais, c’était accoucher naturellement, sans péridurale. Simple non ? Il suffit donc de m’écouter, et faire le nécessaire , c’est à dire, rien du tout !

Je ne vous surprendrai donc pas, en vous disant que rien ne s’est produit comme je l’avais imaginé !

Premièrement, dans mon dossier, il était écrit noir sur blanc, dans le petit encadré réservé au Projet de naissance :  » Projet de péridurale, mais souhaite voir ses limites ».

 Une formulation des plus douteuse tandis que j’avais dis : «  Je ne veux pas de péridurale dès le départ, je n’en souhaite pas, mais je ne suis pas totalement contre, si toutefois cela s’avère nécessaire » – Voyez à quel point j’étais ferme 😉

Le jour J, c’était un mardi soir, lors de ma visite mensuelle obligatoire, après avoir vu que j’étais un peu humide et fait un petit test, la sage-femme m’a dit qu’on me ferait un déclenchement pour suspicion de fissure de la poche des eaux (sans écoulements, je précise… !!!) : saucissonnée dans un monitoring permanent m’immobilisant sur le lit, j’ai d’abord eu 2 tampons de prostaglandine l’un après l’autre, un décollement des membranes ( une douleur incommensurable, pour ma part), l’interdiction de manger, de multiples touchers vaginaux, sans oublier la perfusion refaite 4 ou 5 fois…. ça, ça a duré un bon 2 jours.

A 4 centimètres, je quitte ma chambre sans fenêtres, pour passer en salle de naissance ! Je quitte momentanément mon monitoring et je maaaarche, les fesses à l’air grâce à la blouse, jusqu’au lieu de rencontre avec mon bébé !

On m’impose littéralement la péridurale, car on va me mettre du syntocinon dans la perfusion, pour faire des contractions, qui seraient alors, trop douloureuses pour ma petite personne… J’accepte à contre-cœur… Après une remontrance de la part de anesthésiste, car je bouge (en étant crispée du mieux que je peux) et 7/8  essais plus tard, ça y est : la péridurale est posée ! Je ne sens plus mes jambes ! Le progrès dirons nous ! …

Au bout de quelques heures, malgré le syntho, le col ne s’ouvre toujours pas assez rapidement, on hésite à utiliser un pied de biche, mais finalement, on me perce la poche des eaux, qui se vide à l’infini !!! … (la même qui est sensée être fissurée, je vous le rappelle …)

Nous voici arrivés le samedi matin , vers 6h, je suis arrivée à 9 cm, et ma fille est encore bien haute dans mon ventre, pas engagée DU TOUT… Personne ne comprends, pourtant j’ai bien la péridurale, le syntho, le monitoring, la perfusion, le tensiomètre, on vient me voir toutes les demi heure,  je suis sagement installée sur le dos, bien comme il faut…. bizarre, bizarre…

C’est ainsi que j’ai eu le bénéfice d’une césarienne en « urgence » , qui me permettra à la fois de rencontrer ma fille aînée, et de m’offrir une explosion d’amour réconfortante, tandis que je venais de vivre l’événement le plus traumatisant de ma vie.

 

2 jours après la naissance,  j’ai le droit au très controversé scanner du bassin qui m’annoncera (je vous le donne en 1000)  qu’il est trop petit ! 🙂 

C’est bien mon corps qui est défaillant !

Je vous parle de cette expérience malheureuse et pourtant, si banale, parce que je veux vous faire saisir l’importance de la confiance en soi, de sa puissance féminine et surtout du projet de naissance, travaillé durant la grossesse et écrit noir sur blanc !

C’est ce que j’ai fait pour ma deuxième grossesse, bien que j’avais un projet de naissance à la maison, il me fallait un projet de naissance pour la maternité, en cas de transfert. Il était clair que je n’allais plus me faire avoir 🙂

Au fil des mois, au fil des discussions et d’échange d’expériences avec les mamans, j’ai donc élaboré un projet de naissance en béton armé, qui a été lu dans son intégralité lors de mon unique visite d’inscription, travaillé et « validé » par l’équipe de la maternité, puis j’ai échangé dessus, une seconde fois, avec la chef de service de la maternité puis « validé »… Bien que je n’avais pas demandé leur avis, en fait !

Ce projet de naissance semblait presque inutile à leurs yeux, puisque ce que je demandais tombait sous le sens et semblait être une évidence pour eux… Mais comme on dit : Ce qui va sans dire, va mieux en le disant !

Je pense sincèrement être tombée sur une bonne équipe, ouverte et bienveillante quant à la naissance respectée, j’ai choisi ma maternité avec grand sérieux, même si j’étais certaine que je n’accoucherai pas hors de chez moi.

Si vous projetez un AAD, prenez le choix de votre maternité de secours au sérieux, car si un transfert est nécessaire, vous prenez le risque de ne pas vivre un accouchement respecté.

J’ai eu du mal à trouver une base de projet de naissance presque « clé en main », j’ai donc élaboré le mien, en fonction de ce que j’ai pu trouver sur le net, j’en ai lu quelques-uns, pris et enlevé ce que je voulais, ajouté mes propres besoins… C’était un long travail.

Aujourd’hui, je veux vous faciliter la tâche en vous offrant ce projet de naissance, je le partage avec grande joie ! Il est probable que ce qui m’importe ne vous importera pas forcément, ou encore des choses que je n’ai pas précisé seraient évidentes pour vous !

Ce projet de naissance sera le votre, je vous invite à le modifier et le rendre fidèle à vos aspirations et vos souhaits.

Il vous suffit d’indiquer votre adresse email et vous le recevrez directement, c’est pas magique, ça ? 😉 

Bonne lecture à vous !

projet de naissance parentalité et simplicité

Retrouvez-moi sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu